Maïeusthésie

La Maïeusthésie, est une approche qui envisage la thérapie comme une « naissance à soi-même ».

En Maïeusthésie, nous allons rencontrer les Êtres en vous qui appellent pour les reconnaître et valider ce qu’ils ont ressentis lors d’événements traumatiques.

Qu'est-ce qui se passe lorsque nous portons plus ou moins consciemment le poids d'un traumatisme ?

  • Lors d’un traumatisme, votre psyché se fragmente (s’auto-clive) pour se préserver quand elle sait qu’elle ne sera pas apte à gérer le traumatisme. Elle met ensuite cette partie de vous de côté et compense ce manque pour que vous puissiez continuer de vivre.
  • Votre Soi cherchera toujours à redevenir complet, en réintégrant les Êtres de vous en attente de réhabilitation. Pour se faire, votre Soi pourra générer un symptôme, souvent considéré comme indésirable (cela peut-être une simple gêne ou quelque chose qui vous empêche de vivre sereinement votre vie).
  • Contrairement à d’autres approches psychologiques qui cherchent à éradiquer ce symptôme, la Maïeusthésie considère le symptôme comme le chemin qui permet justement de retrouver l’Être de vous qui a été nié ou oublié.
  • Quand les Êtres se sentent véritablement rencontrés, reconnus et entendus, ils peuvent réintégrer votre Soi, c’est ce que l’on appelle la remédiation. Cette reconnaissance de ces Êtres et cette remédiation permettent généralement et très naturellement, un apaisement vis-à-vis de votre situation avec une possible disparition du symptôme. Ce symptôme disparaît non pas parce qu’il y a eu « guérison » mais parce qu’il n’est alors plus nécessaire.

Des symptômes "spécialement pour"

  • Les symptômes ne sont pas considérés comme résultant d'un dysfonctionnement, mais comme l'indicateur conduisant soit à une possible remédiation, soit à un déploiement de la psyché.
  • Le trauma suscite une réaction de survie qui conduit à un clivage protecteur de la psyché. Ainsi la psyché s'autoclive pour se sécuriser.
    Ce n'est pas le traumatisme qui "brise" la psyché, mais la psyché qui s'autoclive pour assurer sa protection (pulsion de survie).
  • Le symptôme ne naît pas d'un traumatisme mais du projet de réhabilitation (pulsion de vie) qui suit le clivage protecteur (pulsion de survie). Ainsi la source sémiologique est dans ce projet, plus que dans le passé évènementiel.
  • Le symptôme est un inestimable moyen d'accès à la restauration de Soi. Le combattre sans se soucier de son rôle peut conduire à des errances thérapeutiques parfois très dommageables.

David Banchereau

la petite vigne 

35660 La Chapelle de Brain

06.20.05.81.83

davidbanchereau@gmail.com

 

Tous les mardis

au cabinet SYMBIOSE.

2 Rue des Auvrays

35600 Redon