Ateliers et stages

Ateliers de Sophro -Taichi

Stages

En forêt de Brocéliande


Témoignages

"Bonjour David,...

Depuis le stage, il y a beaucoup de mouvements de fond, très positifs, suite à des décisions assez fulgurantes prises juste après ces 3 jours passés ensemble. Déjà j'ai proposé à ma mère de venir pour les fêtes, nous n'avions pas passé de noël ensemble depuis de nombreuses années. Bien sur là trouille que ça dérape... et tout s'est bien passé, pendant 6 jours ! Incroyable,..

Et c'est certains que sur le fond, ça apporte un apaisement fondamental.

Je découvre en pratique comme il est bon de lâcher le contrôle mental du chemin de Vie, de laisser ce que tu nommes le Soi guider... et d'accueillir les peurs qui vont avec les envies profondes. Pas facile en effet mais finalement assez simple.

Je ne suis pour le moment pas revenue te voir, c'est en fait bon signe :-) j'ai encore pleins de choses de ton enseignement à intégrer bien sur, mais pour le moment, je suis encore bien nourrie de ce qu'on a pu partager à l'automne.

Je te souhaite tout de bon, paix et joie pour toi et les tiens."
 Évelyne

 

"Exceptionnel ! J'ai vécu des moments intenses et forts en me reconnectant à cette présence qui vit en moi tout en étant attentif à mes sensations corporelles et à mon ressenti.

Je peux maintenant reproduire les conditions favorables à cet état d'être et à cette conscience grâce aux outils que m'a donné David avec son enseignement : le qi-gong qui m'aide à m'ancrer davantage pour me relier à la Terre et la diffusion qui permet de me relier avec le vivant pour remettre en circulation des informations de coévolution."

Gilles

 

Mon parcours

Outre mes explorations intérieurs et les divers formations, certaines rencontres ont été déterminantes dans mon cheminement et donc dans les stages que je propose aujourd'hui : 

  • Christophe Allain : C’est d’abord par le biais de son premier livre, puis les émissions de radio auxquelles il a participé (interviewé par Laurent Fendt) que je fais connaissance avec lui. Je suis tellement enthousiaste que je participe à huit stages à ses côtés entre 2008 et 2012.
    Son approche raisonne parfaitement avec mon besoin de contact avec la nature dans toutes ses dimensions de manière simple et intuitive.
    J’en retire une vision très élargie de notre "réalité", incluant bien sûr la jouissance de notre incarnation ; un garde-fou important pour ne partir dans une fuite spirituelle.
  • Darpan : C’est en 2013 que je découvre les vidéos de Darpan
    Quelque chose en moi comprend exactement ce dont il s’agit et la richesse de sa transmission. Je m’immerge alors totalement dans ce processus. Je suis ses conférences bien sûr, mais surtout je me donne entièrement à ce « dépouillement personnel » qui laisse la place à ce mystère qui vit au cœur de mon Être.
    Toutes mes constructions mentales et émotionnelles, issues de mes croyances, blessures et conditionnements et qui façonnent "ma" réalité sont amenées à disparaître …
    Ce savoir-faire exige une compréhension fine des mécanismes de fuite face aux peurs inconscientes et à l'émotionnel.
  • Grégory Mutombo : La reconnaissance de ce que  « je suis » est quasi instantanée alors que je découvre Grégory. Cette connexion se réalise au-delà du mental et de ses perceptions limitées, c’est pourquoi il est difficile de décrire cette expansion de conscience qu’il m’est donnée de vivre lorsque j’assiste à l’une de ses conférences pour la première fois en 2016.Les derniers verrous qui résistent encore sont sur le point de lâcher.Je décide donc de suivre le cursus pour thérapeute qu’il propose et de remettre en jeu toutes mes soi-disant connaissances spirituelles glanées ici et là, abandonnant du même coup toutes idées de victime/sauveur/bourreau. Si nous sommes la source, alors nul besoin d’un savoir particulier, seule l’identification au petit personnage que l’on croit être nous empêche d’y accéder.L’enseignement est direct et intransigeant, il ne laisse aucune place aux entourloupes du mental et les clarifications sont à la hauteur de mon aspiration à la vérité.
  •  La sadhana : J’ai la chance de rencontrer mon maître spirituel (un swami) en 2008. Le comble du luxe étant qu’il parle français, et qu’il réalise la synthèse du christianisme (ma culture d’origine) et de l’advaita védanta (non-dualité). Descendant d’une longue ligné de sages hindou, il enseigne une pratique, un savoir faire transmis de génération en génération. Sadhana en sanskrit désigne la pratique, le chemin spirituel. Elle se caractérise par une discipline, un effort, constant et régulier.Yogi Bhajan décrivait la Sadhana comme un combat contre l’adversité, il disait: « Vous faite la Sadhana pour vaincre votre paresse, votre ego, votre stupidité, avec l’essence de votre engagement. » Mais au fil du temps, la Sadhana est vécue sans lutte et sans résistance : la Sadhana devient Aradhana, une attitude joyeuse. Plus aucun effort n’est requis, seul le sentiment positif de l’expérience demeure. Il est dit que le mental est alors capable de se relier au Soi Universel. Aradhana ne doit cependant pas être considéré comme l’aboutissement du voyage intérieur, ce n’est qu’une étape de l’ascension, le chemin se poursuit vers Prabhoupati. Prabhoupati signifie littéralement « épouse de Dieu ». Contrairement aux deux premières étapes, la pratique ne repose plus sur des engagements initiaux ou une quelconque source de motivation. C’est un état de neutralité dans lequel toute chose est expérimentée comme harmonieuse. C’est un état de maîtrise, l’éveil ...

La voie du couple

La réalisation de cet Amour qui vit en moi cherche à se partager et mon aspiration à vivre un mariage de vérité est entendue.
Je connais Peggy (ma compagne actuelle) depuis plusieurs années, nous avons la même aspiration et nous décidons de former une nouvelle famille (recomposée) avec nos trois enfants en 2016.
Je vis alors dans le Maine-et-Loire et elle habite Amiens; n’écoutant que notre cœur nous décidons de tout quitter pour partir vivre en Bretagne où nous nous étions rencontré, non loin de la forêt de Brocéliande.
A quoi bon toutes ces prises de consciences et réalisations si elles ne sont pas vécues et partagé dans la matière ?
Après 3 ans d'une vie familial déjà intense, la vie nous fait le cadeau d'un nouvel enfant, Solal, qui vient enrichir notre expérience humaine en novembre 2019.

 

Centre de ressourcement Soa’zen :
En marge de notre aventure familiale, nous décidons d’unir nos compétences et de fonder un centre où nous exercerions tout les deux.
Nous installons une Yourte de 80m2 pour nos activités et nous vous accueillons dans ce lieux unique pour des soins individuels, des stages et ateliers de groupe, mais également des cours de Qi Gong, de Taichi et de danse.

Méditation

En 2006, alors que je m’adonnais à ma sieste quotidienne, je me mis à ressentir un « truc » au milieu de la poitrine.

Un petit point de la taille d’un grain de riz qui brûle d’un amour incroyable. L’impression d’avoir une bombe atomique microscopique à l’intérieur.

Évidement à l’époque, je ne savais pas à quoi attribuer cette expérience qui était à la fois troublante, profonde et intrigante. 
J’aurais bien mis ça sur le compte de mon imagination si ce phénomène ne s’était pas reproduit tous les jours au même moment.
Cela a duré plusieurs mois puis, à cause d’une surcharge de travail et de priorité, j’ai dû abandonner ce petit rituel entre 13h30 et 14h00 ;
pas le temps, trop de boulot, vous connaissez ;-)

 

J’aurais peut être oublié tout ça si la Vie ; comme elle en a le secret, ne s’était pas chargée de me rappeler à l’ordre dans mes priorités.

 

En effet, ma vie était devenue compliquée et mon état de santé se dégradait de jours en jours.

Une étrange maladie s’était immiscée en moi, impossible de travailler normalement mais comme j'étais travailleur indépendant, impossible d’être en arrêt de travail non plus. Vous imaginez bien que les autres pans de ma vie personnelle ne tardèrent pas à se dégrader également.

Pour couronner le tout, aucun médecin ni spécialiste n’était capable de poser un diagnostic clair sur ce qui m’arrivait,
hésitant entre dépression, fibromyalgie et « syndrome d’Arnold ».

 

De toute façon, qu’on leur mette un nom ou pas, ces symptômes me mettaient à terre et mon corps n’était plus qu’un champs de souffrances.

 

Le hasard fit que mon frère m’invita à rencontrer un « maître» authentique, que sa prof de yoga faisait venir pour un week-end.

A l’époque, je ne savais pas ce que voulait dire « éveillé » et l’image du « gourou » était tellement connoté en France, qu’il me fallut une grande confiance quant au discernement de mon frère pour y aller, et aussi, je l’avoue, un peu de curiosité.

J’écoutai donc ce Maître spirituel, appartenant à la tradition de l’Advaïta vedanta, pendant tout le week-end end, mais ce qui fut le plus marquant pour moi, outre l’énergie qu’il dégageait, a été cette direction donnée au centre de la poitrine comme étant la place de « je suis » ; connexion à notre nature divine.

Immédiatement je fis le rapprochement avec ce que j’avais vécu quelques années auparavant.

Le soir même, j’eus une vision très troublante et quelque chose de très intime et de très fort se passa à l’intérieur,
comme quelque chose qui se rallume en moi, d’une puissance incroyable, irréversible.

 

Évidemment, je me remis à méditer, en portant mon attention dans cette zone de la poitrine et cette graine devint de plus en plus grande et de plus en plus intense. Ces moments sont une joie, comme des retrouvailles.

Je prends rendez-vous avec moi-même en moyenne 1 heure tous les jours depuis cette époque, souvent découpée en deux ou trois méditations réparties sur la journée.

Avec le temps, cette graine a grossi formant comme un soleil au cœur de mon être, éclairant  tout l’intérieur ; tantôt ressenti comme un amour infini, tantôt comme un feu qui brûle tout sur son passage.

Ce soleil a fini par envelopper tout mon corps physique et fait souvent place au ressenti d’une présence consciente.

Il m'apparaît comme une évidence au bout d’un certain temps que « je suis » cette présence consciente, qui n’a pas de limite ni d’attribut et que le petit personnage au milieu que j’appelle « moi » perd de son pouvoir d’attraction.

 

Ces petits moments que l’on s’accorde pour être en contact de ce qui vit en soi ne sont qu’une étape, une préparation ...