L'énergie

Voilà bien un mot qui suscite encore beaucoup de méfiance.

Bien sûr je ne parle pas d’énergie au sens de l’énergie fossile ou de l’énergie renouvelable, mais bien de l’énergie subtile, celle que l’on ne voit pas mais que l’on ressent, qui est partout et en toute chose mais qui reste mystérieuse.

Enfin, mystérieuse pour nous les occidentaux, car en vérité, elle est étudiée, décrite et utilisée dans bien d’autres cultures, et ce depuis des millénaires.

Parmi les plus connues, nous pouvons évoquer les hindous qui l’appelle » prana », les chinois qui l’appelle Qi (prononcez Chi), ou encore toutes les cultures chamaniques quelles que soient leurs origines ou leurs époque).

Alors comment se fait-il que cette notion d’énergie soit tellement taboue en France et d’ailleurs est-ce qu’il en a toujours été ainsi ?

Bien sûr que non, nous aussi, nous avons eu des ancêtres pour qui l’utilisation de l’énergie, même si elle était réservée à des initiés, était courante.

On a tous entendu parler du magnétisme et ce terme est d’ailleurs encore aujourd’hui plus rassurant que celui de l’énergie.

Sans entrer dans les détails historiques, le siècle des lumières, même s’il a été synonyme de progrès considérables, a fait des dégâts, on peut dire que le bébé a été jeté avec l’eau du bain !

Sous prétexte de lutter contre l’obscurantisme, nous sommes progressivement entrés dans l’ère du matérialisme.

La science a découpé et compartimenté tous les domaines, séparant l’Homme de son environnement.

Elle a rejeté et ridiculisé tout ce qu’elle ne comprenait pas.

Nous sommes encore aujourd’hui influencés par cette période, dominée par le mental et le fameux « je pense donc je suis » de Descartes qui nous lègue également le cartésianisme.

Dans l’inconscient collectif, être cartésien c’est être logique et rationnel, c’est-à-dire penser que tout ce qui peut s’expliquer est « vrai » et que le reste est « faux », ou encore que tout ce que l’on peut voir est réel et que ce qui est invisible est irréel.

Bien sûr, cela ne correspond pas tout à fait à la pensée de Descartes, mais c’est souvent ce qu’il en reste.

Pourtant, à condition que l’on soit un peu curieux, il est facile de s’informer et de constater que plus les scientifiques progressent, plus ils sont conscients qu’ils ne comprennent pas grand-chose à cet univers qui est constitué en grande partie de matière noire et d’énergie sombre, desquelles on ne connait encore fichtrement rien !

Qu’est-ce que nous apprend la physique quantique depuis plus d’un siècle ?

La matière n’existe pas en tant que telle, elle est en fait constituée d’énergie et d’information.

Voilà, la messe est dite 😉

Tout ce qui nous apparaît comme étant solide et concret en en fait de l’énergie en mouvement.

Comment se fait-il que ces concepts n’aient pas encore influencé l’inconscient collectif ?

Hé bien c’est assez simple, le cerveau est ainsi fait qu’il lui faut du temps avant d’adopter un nouveau paradigme.

Croyez-vous que lorsque la science a prouvé que la terre était ronde, la population a immédiatement actualisé ses croyances ?

Que nenni, il aura fallu attendre plusieurs générations avant que cela soit communément admis.

Il faut être honnête, les mentalités évoluent c’est vrai mais tellement lentement.

Je suis certain qu’une majorité croit que l’énergie est bien réelle, mais cela reste dans la sphère privée, on n’en parle pas, on garde ça pour nous de peur de paraître allumé, perché ou ridicule. Beaucoup vont voir les magnétiseurs et les énergéticiens en cachette mais ne le disent pas à leur médecin et attendent que la validation passe par le journal de 20H avant de se dévoiler.

Cet entre-deux engendre d’ailleurs des situations pour le moins ridicules où l’on va chercher des savoirs et des techniques dans d’autres cultures, en prenant bien soin d’en retirer l’aspect énergétique afin de rester crédible.

Permettez-moi de vous présenter trois exemples pour illustrer cette ineptie.

  • Savez-vous que l'acupuncture peut être étudiée à l’université, mais uniquement par les médecins. Pouvez-vous m’expliquer que des médecins, qui ne croient pas que l’énergie existe, puisse étudier et pratiquer une technique basée sur l’énergétique chinoise ?

  • Lorsque j’ai fait ma formation de sophrologue (alors que je connaissais déjà le yoga, la méditation et le Taichi Chuan), j’ai été heureux d’apprendre qu’Alfonso Caycedo s’était inspiré (entre autres) des approches orientales pour élaborer sa méthode.
    S’il y a un point commun entre le yoga, le bouddhisme tibétain, le zen, c’est bien la prise en compte du travail sur les énergies. Pourtant, quelle ne fût pas ma surprise de m’apercevoir que ce volet était totalement ignoré dans la sophrologie. Pire encore, j’ai été témoin de scènes où ceux qui essayaient d’aborder le sujet étaient ridiculisés !

  • Je terminerai avec un dernier exemple, le plus édifiant à mon sens, même si cela me coûte de l’évoquer ici.J’ai commencé le Taichi Chuan en 1999, à cette époque je pratiquais déjà les arts martiaux dits externes (le karaté en l’occurrence) mais je ressentais le besoin de trouver quelque chose de plus doux et plus profond tout en conservant le côté martial.Les personnes de ma génération se rappellent certainement de la série Kung Fu avec David Carradine, et bien c’est un peu avec cette image là que je me suis tourné vers le Taichi, qui fait partie des arts martiaux internes. Dans cet énoncé, interne signifie qu’au lieu d’utiliser la force musculaire, le pratiquant va utiliser le Chi, c’est-à-dire l’énergie, pour déstabiliser son adversaire. Inutile de dire que George Lucas s’est allégrement inspiré de ce concept pour ses Jedi qui utilisent « la force ».Me croirez-vous si je vous dis qu’au bout d’une quinzaine d’années, j’ai fini par réaliser qu’une grande partie des enseignants de Taichi Chuan, même s’ils parlent parfois d’énergie, n’y croient absolument pas ! Quelle déception ce fut pour moi de réaliser cela. Heureusement, j’ai pu me tourner vers un enseignement resté authentique dans lequel l’essentiel de la pratique tourne autour du travail énergétique, mais il m’aura fallu attendre de longues années avant de trouver cette qualité d’enseignement, et je peux vous dire qu’il reste exceptionnel en France !

Inutile de préciser que tous ces domaines, s’ils occultent la partie énergétique, sont vidés de leur substance !

 

Pourquoi faire ?

Alors, me direz-vous, si je ne pratique pas ce genre d’activité, à quoi peut bien me servir l’énergétique ?

C’est vrai, tout le monde n’a pas vocation à devenir un professionnel qui utilise l’énergie, pourtant ce domaine concerne absolument tout le monde.

 

En voici les raisons principales :

Les émotions

J’explique dans cette vidéo que les émotions sont avant tout une information corporelle.

 

En réalité, il y a plus, car l’émotion (si elle n’est pas régulée en temps réel) s’inscrit à la fois dans la psyché et dans le corps sous la forme d’information et d’énergie.

En effet, lors d’un événement traumatique, le système interne de chacun d’entre nous (que l’on peut appeler l’égo) cherche à nous protéger en clivant l’énergie émotionnelle en lien avec l'événement. Comme il ne sait pas quoi en faire, il stocke cette énergie (en médecine chinoise on considère qu’elle est stockée dans les organes) et va la cristalliser pour en atténuer l’intensité. La circulation énergétique à l’intérieur du corps s’en trouve perturbée et notre énergie vitale devient viciée.

Si l’on considère que chaque besoin (considération, liberté, confiance, amour, attention etc…) qui n’est pas nourri devient un « traumatisme », vous imaginez le nombre de miasmes énergétiques cristallisées que l’on finit par accumuler au fur et à mesure des années !

Cette masse émotionnelle est tellement importante chez la plupart des occidentaux, que très peu d’entre eux ressentent ce qui se passe dans leur corps.

Enfermés dans leurs têtes, ils sont condamnés à chercher des émotions fortes pour se sentir vivant. Combien de fois ai-je entendu dans mes consultations lors du premier rendez-vous, « la vie n’a plus de saveur, je ne ressens plus rien, je ne sais plus qui je suis ».

Pas étonnant puisque ce qu’ils sont en réalité est enfermé derrière un mur de protection censé tenir à distance toute cette énergie émotionnelle et il faut souvent attendre un choc (une maladie grave, le décès d’un proche, une dépression, un burn-out) pour que le mur se fissure.

Au vu de ce mécanisme, il est facile de comprendre que tout « savoir-faire » visant à libérer le corps de ces énergies viciées est précieux.

Le nettoyage énergétique

Nous sommes constamment en interaction avec des personnes et des situations dont les énergies peuvent venir nous parasiter. A fortiori si vous êtes thérapeute, vous avez besoin d’acquérir des techniques de nettoyage énergétique après une journée de travail. De même qu’une personne ayant un métier salissant aura plus besoin d’une bonne douche en rentrant du travail qu’une autre en télétravail devant un ordinateur, vous êtes davantage soumis aux énergies émotionnelles que d’autres.

L'ancrage (ou enracinement)

Lorsqu’un nouvel élève arrive en cours de Taichi Chuan, je remarque pratiquement toujours le même phénomène ;
trop d’énergie en haut et pas assez en bas.

Selon les préceptes des arts martiaux chinois internes, l’énergie s’accumule là où se porte l’attention.

L’attention d’un occidental étant majoritairement dans son cerveau et ses épaules, l’énergie ne circule pas correctement et reste stockée dans les membres supérieurs, alors que les membres inférieurs restent en manque.
Utiliser sa tête pour imaginer des racines afin de remédier à cela n’est pas suffisant, il est nécessaire de passer par des exercices corporels et le ressenti énergétique.

Se recharger en énergie

Si vous avez appris à libérer vos énergies émotionnelles, à vous nettoyer ainsi qu'à vous enraciner, vous serez alors disposé à accumuler l’énergie vitale (le fameux Qi) au niveau du Dan Tian inférieur.

Les Chinois ont en effet développé une multitude d’exercices visant à capter puis à raffiner cette énergie.

Ces pratiques de longue vie visent à améliorer la santé et à calmer l’esprit, elle nécessite une transmission éclairée car une mauvaise utilisation de ces exercices peut être néfaste. 

Le travail énergétique est-il sans danger ?

Ce n’est pas parce que l’on accepte l’existence de l’énergie et que l’on souhaite l’utiliser que cela reste anodin.

Il existe de nombreux écueils au travail énergétique, en voici les principaux :

  • Il faut être capable de savoir avec quelle énergie on interagit. Certaines sont simples d’utilisation et accessibles à tous, d’autres sont plus complexes et restent réservées aux initiés, enfin certaines sont ambiguës voire nuisibles.

  • Lorsqu’il s’agit de décharger une personne de son trop plein d’énergie émotionnelle, il n’y a pas grand risque, au pire cela sera peu efficace si vous n’êtes pas vous-même suffisamment désengorgé. Par contre lorsqu’il s’agit d’envoyer de l’énergie comme on le fait dans certaines approches très en vogue actuellement, je reste très sceptique :
    - D’où vient cette énergie ?
    - Est-t ’elle consciente ?
    - Êtes-vous suffisamment aguerri pour faire la différence entre un égrégore, une entité ou autre chose ?

D’une manière générale, il vaut mieux éviter les approches où l’on envoie de l’énergie à une autre personne, ainsi que celles où un « initié » vous transmet une énergie qui vient de je ne sais où, et vous fait croire que vous êtes alors en capacité de la transmettre à votre tour sans avoir effectué un travail sur vous en profondeur.

Ce genre de commerce, où l’on peut devenir énergéticien en un week-end, contribue à la défiance et discrédite les approches énergétiques en général.

Si cela vous appel, il vous faudra aiguiser votre discernement.

Néanmoins, cela ne doit pas vous dissuader de vous y intéresser car il serait vraiment dommage de vous priver de cet apport.

David Banchereau

Séance de sophro-énergétique intégrative®

ICI

David Banchereau

la petite vigne 

35660 La Chapelle de Brain

06.20.05.81.83

davidbanchereau@gmail.com

 

Tous les mardis

au cabinet SYMBIOSE.

2 Rue des Auvrays

35600 Redon